Le Bilan Partagé de Médication

Le Bilan Partagé de Médication

La iatrogénie médicamenteuse désigne les effets indésirables provoqués par les médicaments. Elle regroupe des symptômes très divers depuis la simple fatigue jusqu’à l’hémorragie digestive, ou la fracture de la hanche. La prise de médicaments s’est aujourd’hui banalisée et ces risques sont trop souvent sous-estimés.

Pourtant, les risques iatrogéniques sont évitables dans la majorité des cas. Il s’agit par exemple :

  • d’une erreur dans la prise de votre médicament : mauvais horaire, double dose, etc ;
  • d’une interaction entre les différents médicaments que vous prenez.
  • d’une interaction avec certains aliments et/ou compléments alimentaires.

À partir de 65 ans, si la consommation importante de médicaments est souvent justifiée, l’élimination de ces médicaments est plus lente, l’organisme est plus sensible, et les effets indésirables sont 2 fois plus fréquents et plus graves : 10 % à 20 % entraînent une hospitalisation. Chaque année, la iatrogénie est à l’origine d’environ 8000 décès.

 

Et vous ? Vous avez plus de 65 ans et êtes « en ALD » ? Ou bien vous avez plus de 75 ans et prenez au moins 5 molécules différentes de manière chronique ?

Alors nous vous proposons un véritable bilan : LE BILAN PARTAGE DE MEDICATION :

Nous recueillons toutes les informations sur votre traitement en cours : ordonnances ( multiples ou non ), médicaments non prescrits mais utilisés, compléments alimentaires, habitudes de vie ( alimentation, hydratation ), état physiologique ( bilans biologiques ), compte-rendu d’hospitalisation, etc.  : c’est L’ENTRETIEN DE RECUEIL D’INFORMATIONS auprès du patient.

bilan de médication 4

Puis nous procédons, dans les jours qui suivent, en dehors de votre présence, à l’ANALYSE DES TRAITEMENTS. Nous formalisons nos conclusions et recommandations que nous transmettrons à votre médecin traitant.

Nous vous rencontrons à nouveau pour vous faire part de nos conclusions : c’est L’ENTRETIEN CONSEIL.
Nous vous rencontrons 12 mois plus tard afin de faire le point : c’est L’ENTRETIEN DE SUIVI.

Ce bilan vous est OFFERT par votre pharmacien, sur rendez-vous uniquement, renseignements complémentaires à la pharmacie.

bilan de médication 5

La névralgie faciale ( ou névralgie du trijumeau )

La névralgie faciale ( ou névralgie du trijumeau )

1/ Qui est donc ce nerf facial ( ou nerf trijumeau ) ?

Notre visage est innervé par 12 paires de nerfs crâniens; Le nerf trijumeau, qui innerve une bonne partie du visage, constitue la 5ème paire ( V ); il est lui-même divisé en rameaux ( voir shéma ) :

– V1 : front, oeilnev2
– V2 : joue, lèvre supérieure
– V3 : menton, mandibule, lèvre inférieure

 

 

 

2/ Comment se caractérise une névralgie faciale ?

Une stimulation excessive du nerf trijumeau se traduit par de vives douleurs siégeant le long de son trajet, concernant 1, 2 voire 3 rameaux.  Elles concernent généralement un seul côté de la face et de ses cavités ( sinus, oeil, bouche, nez, … .), entraînant des douleurs paroxystiques au niveau des paupières, de la mâchoire, du menton, des cervicales, avec fréquemment une hypersensibilité accrue à la lumière, des maux de tête, … Ces douleurs sont de types décharges électriques; elles sont souvent ressenties comme insupportables, violentes et invalidantes; Les patients décrivent les 5 doigts de la main saisissant le visage ( voir shéma ).

Il existe, le long du trajet de la douleur, ce que l’on appelle des « zones gachettes », qui, dès qu’elles sont stimulées ( notamment par une pression ), déclenchent la crise.

branches du nerf facial

 

 

 

 

 

3/ Quelles sont les causes de la névralgie faciale ?

Les causes de la névralgie faciale peuvent être diverses :
– Contact entre le trijumeau et un vaisseau sanguin, qui fait pression sur le nerf et le stimule de façon anormale.
– Activité électrique anormale du trijumeau lui-même.
– Pathologie autre : Infection ORL ( sinusite, abcès dentaire, … ), zona, tumeur, sclérose en plaques, …

4/ Comment peut-on la traiter ?

 

Traitement médical allopathique :

La molécule de référence est un anti-épileptique, la carbamazépine ( Tégrétol ). En cas d’échec, on lui préfère la gabapentine ( Neurontin ), ou la prégabaline ( Lyrica ). Ces médicaments stabilisent la membrane nerveuse.
Des psychotropes ( antidépresseurs, anxiolytiques, neuroleptiques ) sont souvent associés.

Ostéopathie :

L’ostéopathe va redonner de la mobilité au nerf trijumeau; selon l’étiologie, les résultats sont souvent probants.

Traitement de la douleur par l’aromathérapie :

huile-essentielle-camomille-romaine-bio-5-ml-ladrome2705-1jpg_2705-1_m

 

Il est une huile essentielle majeure dans le soulagement de la douleur névralgique :
L’huile essentielle de camomille romaine ( Anthemis nobilis ou Chamaemelum nobile ) : Elle est, du fait de sa forte concentration en esters ( angélate d’isobutyle, d’isoamyle, …), hautement calmante et apaisante du système nerveux, antispasmodique et anti-inflammatoire.
Cette huile essentielle peut être associée, afin de bénéficier d’une synergie, avec :
L’huile essentielle de menthe poivrée ( Mentha piperita ): anesthésiante du fait de sa concentration en menthol.
L’huile essentielle d’hélichryse ( Helichrysum italicum) : anti-oedémateuse et anti-inflammatoire, elle va limiter l’oedème responsable de la pression effectuée sur le nerf crânien.

Ces 3 huiles essentielles doivent être diluées : Pour ce faire, l’extrait lipidique de millepertuis serait le plus adapté, malheureusement il est photosensibilisant…pour cette raison, on lui préfèrera un extrait lipidique d’arnica :

Formule pour un flacon de 10 ml :

2ml de camomille romaine
2ml de menthe poivrée
1 ml d’hélichryse
5ml d’extrait lipidique d’arnica

Attention : Contre-indication chez les enfants de moins de 7 ans, chez les personnes épileptiques ou asthmatiques, chez la femme enceinte ou allaitante, chez les personnes sous anticoagulants oraux.

En application locale sous forme d’un massage crânien : Ce massage est à effectuer les yeux fermés, en raison de l’irritation pouvant être due aux huiles essentielles ( menthe poivrée surtout ). N’ouvrir les yeux que quelques minutes après la fin du massage.

boite cranienne os
Le massage crânien consiste en l’exercice d’une pression sur certains points, correspondant souvent aux jonctions des différents os de la boite crânienne ( voir shéma ) : On trouve aisément ces points en suivant le trajet de la douleur; on sent alors très nettement le soulagement lors de la pression. Ne pas hésiter à masser chaque point plusieurs minutes.

On peut associer l’application de froid ( packs à conserver au réfrigérateur ) en alternance avec les massages crâniens.

Traitement chirurgical :

Ultime recours en cas de résistance aux autres traitements.

 

Pour conclure, la névralgie faciale peut être jugulée grâce à l’arsenal que nous venons d’énumérer : Ces différentes approches sont bien sûr complémentaires les unes des autres, et non à opposer les unes aux autres. L’aromathérapie est une aide précieuse sur tous les types de douleurs, avec des spécificités pour chaque huile selon la nature de l’algie. Dans tous les cas, n’hésitez-pas à solliciter nos conseils, nous ferons tout pour vous éclairer et apporter la réponse à vos questions.

Stéphanie Meysson
Pharmacie de la barre
13, rue Mathieu
71000 Mâcon

 

La trousse de secours version été

La trousse de secours version été

Que ce soit pour partir en vacances, camper dans le jardin, parcourir les sentiers de randonnée, ou tout simplement profiter du beau temps, n’oubliez pas votre arsenal anti-bobos :

Contre les blessures :
Un antiseptique local en spray ou en compresses imprégnées
Des dosettes de sérum physiologique
Quelques compresses et pansements
Deux bandes de largeurs différentes
Des sutures adhésives ( « stéristrips »)
Une pommade contre les coups
Un gel anti-inflammatoire
Des granules d’arnica
Un antalgique ( Paracétamol, Ibuprofène )
Une paire de ciseaux

Contre les piqûres d’insectes :
Un répulsif insectes
Une pommade anti-démangeaison
Un antihistaminique par voie orale
Une pompe à venin
Une pince à épiler

Contre les brûlures :
Une crème de protection solaire
Une crème apaisante et cicatrisante
Des tulles imprégnés de substance grasse
Compresses et sparadrap

Contre les ampoules :
Pansements hydrocolloïdes

Un thermomètre