Retour sur l’animation « Réflexologie plantaire »

Retour sur l’animation « Réflexologie plantaire »

La pharmacie de la barre proposait, le 18 mai dernier, en collaboration avec Béatrice Lauprêtre *, ( Be’Naturopathyx ), praticien de santé naturopathe, une animation sur le thème de la réflexologie plantaire : 5 personnes ont pu tester, 1 heure chacune, la réflexologie plantaire…
Si vous n’avez pas eu la chance de participer, pas de panique, l’expérience est amenée à se renouveler!

1/ Un peu d’histoire… :

photoReflexologieEgypte

On sait que la réflexologie plantaire est employée depuis plusieurs millénaires, notamment en Egypte : Une fresque retrouvée sur le tombeau du médecin Ankhmahor, à Saqqarah, datant de 2330 avant J.C., en atteste.

Un peu plus tard en Chine , le livre de médecine chinoise « Nei ching » traite également de réflexologie plantaire.

Dans l’histoire européenne, on s’intéresse, aux XIXème et XXème siècles, aux stimulations à distance de certaines zones du corps. Les neurologues anglais Head et Mackensie élaborent une théorie nommée « Les zones de Head », selon laquelle il existe une relation entre des segments de peau et différents organes internes.
Aux Etats-Unis, le Dr Fitzgerald développe des points de pression et publie l’ouvrage « La thérapie des zones », divisant le corps en 10 lignes longitudinales imaginaires, 5 de chaque côté, qui s’étendent du sommet du crâne à l’extrémité des orteils.
Mais c’est une kinésithérapeute américaine, Eunice Ingham, qui  développa la réflexologie plantaire à proprement parler…

2/ Le principe :

570267bc91410_pieds-et-organes

La réflexologie plantaire considère que le pied est la représentation du corps humain : A chaque zone réflexe correspond un organe, une glande ou une partie spécifique du corps.

La réflexologie plantaire n’est pas un massage; des pressions rythmées appliquées sur ces zones réflexes permettent de localiser les tensions et de rétablir l’équilibre dans les parties du corps correspondantes.

 

3/ Utilisation :

La réflexologie plantaire permet de relaxer, détendre, gérer le stress; elle permet d’activer la circulation sanguine et lymphatique, de stimuler et favoriser l’élimination des déchets, réguler le système nerveux, prévenir, soulager nombre de troubles et favoriser l’auto-régulation.

4/ L’avis des utilisatrices :

DSC_0209

Catherine :  » moment très agréable, qu’il serait bien de compléter par quelques séances supplémentaires pour ressentir tous les bienfaits  »
Hélène :  » intervenante très intéressante et ayant bien ciblé mes attentes et mes problèmes, très bons conseils; séance de réflexo très agréable  »

Stéphanie Meysson
Pharmacie de la barre
71000 Mâcon

* Béatrice Lauprêtre, Be’Naturopathyx, praticien de santé naturopathe, La maison des thérapeutes, 15, place du bourg, 71850 Charnay les Mâcon, 0685992999, contact@be-naturophathyx.fr, sur fb ( https://www.facebook.com/BeNaturopathyx-Naturopathe ), et chaque mois dans What’s-Up-Mag.

photostudio_1498281930473

Ravintsara, Thym, Eucalyptus : L’arsenal anti-grippe

Ravintsara, Thym, Eucalyptus : L’arsenal anti-grippe

Avant toute utilisation des HE, lire notre article  http://www.pharmaciedelabarre.com/precautions-demploi-des-huiles-essentielles-he-a-lire-avant-toute-utilisation-dhe/grippe

 

En pleine épidémie de grippe saisonnière ( et autres virus ), un arsenal aromatique s’offre à nous et à nos cellules. Parmi cette « armée » de bonnes huiles, nous en avons retenu 3 : Ravintsara, Thym à linalol, Eucalyptus radié : Caractéristiques, formules, posologie, on vous dit tout :

ravintsara

HE de Ravintsara : Cinnamomum camphora sb 1.8, cinéole : l’HE que l’on ne présente (presque) plus tellement la « bonne feuille de Mada » est une incontournable lorsque l’on se retrouve face à un virus.

thym-linalol

HE de Thym à linalol : Thymus vulgaris sb linalol : Antibactérienne et antivirale, HE très bien tolérée ( à ne pas confondre avec le thym à thymol, d’utilisation plus restreinte ).

eucalyptus-radiata

HE d’Eucalyptus radié : Eucalyptus radiata (sb 1.8, cinéole) : Fluidifiante et expectorante.images-5
Notre formule : Mélanger dans un flacon codigouttes ces 3 HE par parties égales.
Posologie :
Voie orale :
Adultes : 2 gouttes de ce mélange 3 fois/jour
Enfants de plus de 7 ans : 1 goutte de ce mélange 3 fois/jour
On peut également utiliser ce mélange en diffusion atmosphérique ou en inhalation sèche ( une goutte sur la face intérieure de chaque poignet, on frotte poignet contre poignet et on inspire ).
D’autres gestes s’imposent : Faire des lavages de nez avec un spray à base d’eau de mer, avoir recours au paracétamol pour juguler une fièvre supérieure à 38’c, enrichir notre alimentation en fruits riches en vitamine C ( oranges, kiwis ).
N’oubliez-pas les mesures barrières ( lavage des mains très fréquents, solution hydro-alcooliques, masque, évitement des contacts ).
S. Meysson
Pharmacie de la barre
71000 Mâcon
Votre arme naturelle anti-moustiques pour cet été…

Votre arme naturelle anti-moustiques pour cet été…

Vous l’avez sans doute remarqué, l’été est arrivé, les moustiques aussi, particulièrement cette année.

Et d’ailleurs, comment font-il pour nous choisir, nous, et pas notre voisin de barbecue ? Comment se protéger naturellement afin de ne pas être leur plat de résistance ? Quelles huiles essentielles (HE) utiliser ? A quelle dilution ? Voici quelques éléments de réponse :

Comment le moustique nous repère-t-il ?

Les moustiques possèdent des chémo-récepteurs sensibles à :
L’odeur ( molécules spécifiques )
La chaleur
Le rayonnement infrarouge
Les vibrations

En utilisant les huiles essentielles pour leur action insectifuge ( ou répulsive ), c’est sur le paramètre Odeur que nous allons intervenir; 3 huiles essentielles sont particulièrement intéressantes dans ce domaine d’action :

3 huiles essentielles majeures ( voie cutanée ) :

L’HE de citronnelle de Java (Cymbopogon winterianus), o.p. : Parties aériennes, s.b. : citronnellal, géraniol, citronnelol.
Nul besoin de vous la présenter, tout le monde la connaît, ne serait-ce que par son odeur…de citronnelle !

L’HE de géranium bourbon (Pelargonium graveolens), o.p. : Feuilles, s.b. : citronnellol, géraniol, formiate de citronnellyle, oxyde de rose.
Ce géranium est appelé bourbon parce qu’originaire de l’île de la Réunion ( appelée Ile Bourbon sous l’ancien régime ).

L’HE d’eucalyptus citronné ( Eucalyptus citriodora ), o.p. : Feuilles, s.b. : citronnellal, citronnellol, béta-caryophyllène.
Cette Hladrome-he-eucalyptus-citronne-10-ml-3E ne sent pas du tout l’eucalyptus car elle ne contient pas de 1.8,cinéole ( ou eucalyptol ); en revanche, son odeur rappelle fortement celle de l’HE de citronnelle.

On le voit, ces 3 HE ont des compositions biochimiques très proches avec 3 molécules récurrentes : Citronnellal, géraniol,et citronnellol.

 


Pour faire son mélange :

Tout d’abord, se procurer le contenant : Le plus pratique est le roll’on ( que vous trouverez dans votre pharmacie ;-) ), en verre ambré si possible; sinon un flacon avec pipette fera l’affaire.
Il vous faut également une huile végétale (HV) pour diluer vos HE. Vous pouvez utiliser n’importe quelle huile végétale; dans notre formule nous avons opté pour l’HV de macadamia :

Pour 15 ml :roll'on

HE citronnelle…..2.5 ml
HE eucalyptus citronné…..2.5 ml
HE géranium…..2 ml
HV macadamia…..8 ml

Comment utiliser le mélange, à partir de quel âge* ?

*Toujours prendre connaissance des précautions d’emploi des HE , à lire sur

Précautions d’emploi des huiles essentielles (HE) ( à lire avant toute utilisation d’HE ) | Pharmacie de la Barre

A partir de 7 ans et chez l’adulte* :
Appliquer le mélange à ces différents endroits :
Autour de chaque poignet puis faire « des lignes » le long des avant-bras.
Autour de chaque cheville puis faire « des lignes » le long de chaque mollet.
Derrière la nuque à la base des cheveux.

De 3 à 7 ans* :
Autour de chaque poignet et autour de chaque cheville.

N’oubliez-pas d’avoir recours aux moustiquaires quand cela est possible : Lit, poussette, …
Il existe un mélange tout prêt commercialisé par le laboratoire LaDrôme : Roll’on Bio Eté Citronnelle LaDrôme

Au secours, je suis piqué(e) :

Pas de panique, la composition de ces HE en fait également de très bons antiseptiques (1) et anti-inflammatoires (2) : Appliquer le mélange sur le bouton, les démangeaisons cesseront très vite.

(1) : moustique_tigrecitronnellol, géraniol
(2) : citronnellal et béta-caryophyllène


Au secours ( encore ! ), je déteste l’odeur de citronnelle :

En effet c’est embêtant ! Mais encore une fois, pas de panique , l’HE de patchouli ( Pogostemon cablin, o.p. Feuilles ) représente une bonne alternative, à diluer dans une HV.

Voilà, vous êtes maintenant paré(e)s, nous vous souhaitons un très bel été !

Stéphanie Meysson
Pharmacie de la barre
71000 Mâcon

 

 

 

 

 

Précautions d’emploi des huiles essentielles (HE) ( à lire avant toute utilisation d’HE )

Ne pas utiliser d’HE chez la femme enceinte et allaitante.
Chez les enfants de moins de 7 ans, le conseil de votre pharmacien ou de votre médecin est impératif.
Ne pas utiliser les HE chez l’asthmatique et l’épileptique ( sauf avis formel de votre médecin ou pharmacien ).
Signalez toute pathologie et traitement médicamenteux à votre pharmacien ou à votre médecin.
Ne pas laisser les flacons à la portée des enfants.
En cas d’allergie, effectuer au préalable un test de tolérance cutané ( déposer une goutte sur le pli du coude ).
Ne pas appliquer d’HE dans les yeux, sur les paupières et dans le conduit auditif.
Appliquer uniquement sur avis médical au niveau des zones anogénitales et dans le nez.
Ne pas injecter par voie IV ou IM.
En cas d’absorption ou d’application accidentelle, diluez avec une huile végétale et appelez les services d’urgence.
Ne pas diffuser les HE en continu, en présence d’asthmatique ou d’enfant de moins de 7 ans.
Ne pas prendre d’HE en continu : 3 semaines de traitement au maximum, sauf avis médical autre.
Eviter l’exposition solaire après application d’ HE.
Utiliser uniquement des HE pharmaceutiques, 100% pures et naturelles et chemotypées.
Respecter strictement les voies d’administration, les doses prescrites et les contre-indications propres à chaque HE.
La plupart des HE sont toxiques pour les chats, y compris en diffusion atmosphérique.
Demander conseil à votre pharmacien ou à votre médecin spécialisé en aromathérapie.

La névralgie faciale ( ou névralgie du trijumeau )

La névralgie faciale ( ou névralgie du trijumeau )

1/ Qui est donc ce nerf facial ( ou nerf trijumeau ) ?

Notre visage est innervé par 12 paires de nerfs crâniens; Le nerf trijumeau, qui innerve une bonne partie du visage, constitue la 5ème paire ( V ); il est lui-même divisé en rameaux ( voir shéma ) :

– V1 : front, oeilnev2
– V2 : joue, lèvre supérieure
– V3 : menton, mandibule, lèvre inférieure

 

 

 

2/ Comment se caractérise une névralgie faciale ?

Une stimulation excessive du nerf trijumeau se traduit par de vives douleurs siégeant le long de son trajet, concernant 1, 2 voire 3 rameaux.  Elles concernent généralement un seul côté de la face et de ses cavités ( sinus, oeil, bouche, nez, … .), entraînant des douleurs paroxystiques au niveau des paupières, de la mâchoire, du menton, des cervicales, avec fréquemment une hypersensibilité accrue à la lumière, des maux de tête, … Ces douleurs sont de types décharges électriques; elles sont souvent ressenties comme insupportables, violentes et invalidantes; Les patients décrivent les 5 doigts de la main saisissant le visage ( voir shéma ).

Il existe, le long du trajet de la douleur, ce que l’on appelle des « zones gachettes », qui, dès qu’elles sont stimulées ( notamment par une pression ), déclenchent la crise.

branches du nerf facial

 

 

 

 

 

3/ Quelles sont les causes de la névralgie faciale ?

Les causes de la névralgie faciale peuvent être diverses :
– Contact entre le trijumeau et un vaisseau sanguin, qui fait pression sur le nerf et le stimule de façon anormale.
– Activité électrique anormale du trijumeau lui-même.
– Pathologie autre : Infection ORL ( sinusite, abcès dentaire, … ), zona, tumeur, sclérose en plaques, …

4/ Comment peut-on la traiter ?

 

Traitement médical allopathique :

La molécule de référence est un anti-épileptique, la carbamazépine ( Tégrétol ). En cas d’échec, on lui préfère la gabapentine ( Neurontin ), ou la prégabaline ( Lyrica ). Ces médicaments stabilisent la membrane nerveuse.
Des psychotropes ( antidépresseurs, anxiolytiques, neuroleptiques ) sont souvent associés.

Ostéopathie :

L’ostéopathe va redonner de la mobilité au nerf trijumeau; selon l’étiologie, les résultats sont souvent probants.

Traitement de la douleur par l’aromathérapie :

huile-essentielle-camomille-romaine-bio-5-ml-ladrome2705-1jpg_2705-1_m

 

Il est une huile essentielle majeure dans le soulagement de la douleur névralgique :
L’huile essentielle de camomille romaine ( Anthemis nobilis ou Chamaemelum nobile ) : Elle est, du fait de sa forte concentration en esters ( angélate d’isobutyle, d’isoamyle, …), hautement calmante et apaisante du système nerveux, antispasmodique et anti-inflammatoire.
Cette huile essentielle peut être associée, afin de bénéficier d’une synergie, avec :
L’huile essentielle de menthe poivrée ( Mentha piperita ): anesthésiante du fait de sa concentration en menthol.
L’huile essentielle d’hélichryse ( Helichrysum italicum) : anti-oedémateuse et anti-inflammatoire, elle va limiter l’oedème responsable de la pression effectuée sur le nerf crânien.

Ces 3 huiles essentielles doivent être diluées : Pour ce faire, l’extrait lipidique de millepertuis serait le plus adapté, malheureusement il est photosensibilisant…pour cette raison, on lui préfèrera un extrait lipidique d’arnica :

Formule pour un flacon de 10 ml :

2ml de camomille romaine
2ml de menthe poivrée
1 ml d’hélichryse
5ml d’extrait lipidique d’arnica

Attention : Contre-indication chez les enfants de moins de 7 ans, chez les personnes épileptiques ou asthmatiques, chez la femme enceinte ou allaitante, chez les personnes sous anticoagulants oraux.

En application locale sous forme d’un massage crânien : Ce massage est à effectuer les yeux fermés, en raison de l’irritation pouvant être due aux huiles essentielles ( menthe poivrée surtout ). N’ouvrir les yeux que quelques minutes après la fin du massage.

boite cranienne os
Le massage crânien consiste en l’exercice d’une pression sur certains points, correspondant souvent aux jonctions des différents os de la boite crânienne ( voir shéma ) : On trouve aisément ces points en suivant le trajet de la douleur; on sent alors très nettement le soulagement lors de la pression. Ne pas hésiter à masser chaque point plusieurs minutes.

On peut associer l’application de froid ( packs à conserver au réfrigérateur ) en alternance avec les massages crâniens.

Traitement chirurgical :

Ultime recours en cas de résistance aux autres traitements.

 

Pour conclure, la névralgie faciale peut être jugulée grâce à l’arsenal que nous venons d’énumérer : Ces différentes approches sont bien sûr complémentaires les unes des autres, et non à opposer les unes aux autres. L’aromathérapie est une aide précieuse sur tous les types de douleurs, avec des spécificités pour chaque huile selon la nature de l’algie. Dans tous les cas, n’hésitez-pas à solliciter nos conseils, nous ferons tout pour vous éclairer et apporter la réponse à vos questions.

Stéphanie Meysson
Pharmacie de la barre
13, rue Mathieu
71000 Mâcon

 

3 plantes pour mieux dormir

3 plantes pour mieux dormir

A l’occasion de la journée du sommeil, le 18 mars, voici trois plantes intéressantes pour mieux dormir :

Avant toute chose, lorsque l’on souffre de troubles du sommeil, quelques conseils sont à suivre :
– Evitez les activités sportives après 18-19 heures, privilégiez au contraire les activités relaxantes : lecture, musique, …
– Ne faites pas de repas trop copieux le soir et évitez l’alcool au dîner.
– Ne vous couchez que lorsque vous ressentez des signaux  de sommeil ( bâillements, nuque lourde, yeux qui piquent).
– Télé, ordinateur, téléphone portable, internet, sont associés à des éveils et à un sommeil de médiocre qualité : ce type d’activité n’est pas structuré dans le temps : sans début et sans fin, nous passons à côté de tous les signaux qui devraient nous conduire à dormir. De plus, l’exposition à la lumière d’écran affecte notre rythme veille/sommeil en modifiant la sécrétion de mélatonine.

LA PASSIFLORE : Fleur de la passion
Sédative et anxiolytique, antispasmodique, la paPassiflorassiflore est la plante de l’agité anxieux et de l’hypersensible sensoriel ( aux bruits, aux odeurs, et aux stress divers ). Elle apaise et détend.

De par ses alcaloïdes, elle est active également dans les symptômes de manque ( sevrage aux benzodiazépines, aux opiacés, cannabis,… ).

 

 

L’ESCHOLTZIA : Pavot de Californie
C’est un inducteur du sommeil, on l’utilise surtout dans lesescholtzia endormissements difficiles et l’anxiété.

 

 

 

LA VALERIANE : Herbe aux chats
Active à plus long terme sur les troubles du sommeil,Valeriana_officinalis on l’utilise de préférence en cas d’exposition prolongée, chronique, au stress avec troubles répétés du sommeil, ainsi que dans les états neurotoniques.
Anxiolytique, spasmolytique, myorelaxante, somnifère à long terme.
On l’associe souvent à la passiflore.
A éviter chez les enfants.

 

Ces plantes peuvent être utilisées sous forme de tisanes ( dans ce cas, prendre plusieurs tasses dans la soirée ), de gélules d’extrait sec ou d’extraits de plantes standardisés (formes plus concentrées ).

journée du sommeil

Le stress, comment ça marche ?

Le stress, comment ça marche ?

 

C’est Hans Selye, médecin canadien ( mais d’origine autrichienne ) ( 1907-1982 ), qui a le premier étudié le « syndrome général d’adaptation » aussi appelé « stress » :

stress6

Le stress est une réaction de l’organisme à un stimulus; l’organisme passe alors par une première phase, puis, selon la durée de l’exposition au stress, par une deuxième puis une troisième phase :

1/ Phase d’alarme = Réaction immédiate = Urgence = Flight or fight :

Le stimulus stressant est accueilli comme une menace par l’organisme, qui réagit immédiatement : le système sympathique, par l’intermédiaire des médullo-surrénales, se met à sécréter de l’adrénaline et de la noradrénaline. Cette sécrétion déclenche une série de modifications physiologiques : augmentation de la pression artérielle, du débit cardiaque, dilatation des bronches, des pupilles, mise à disposition importante de glucose…

Si le stress s’arrête après une courte durée, l’organisme retrouve rapidement son équilibre physiologique; sinon… il entre en…
3D Character with head in hands, sitting on the word Stress
2/ Phase de résistance = Endurance :

Les cortico-surrénales prennent le relais des médullo-surrénales et sécrètent du cortisol, maintenant un taux élevé de glucose.
C’est le système hypothalamo-hypophyso-corticosurrénalien qui entre en jeu, via la CRH et l’ ACTH.
L’organisme est en souffrance, des symptômes apparaissent ( anxiété, angoisse, irritabilité ).
Si cette phase perdure, le système d’autorégulation de synthèse hormonale est dépassé, la machine s’emballe…

stress11

 

3/ Phase d’épuisement : Burn-out :

Les capacités énergétiques de l’organisme sont épuisées. On observe une dérégulation de plusieurs systèmes neuronaux et endocriniens, entraînant une augmentation constante du taux de glucocorticoïdes ( cortisol entre autres ) et une baisse du rétrocontrôle négatif des glucocorticoïdes sur l’axe hypothalamo-hypophysaire.
L’organisme voit ses possibilités dépassées, c’est l’épuisement, favorisant l’apparition de pathologies :
Patho-somatiques : Hypertension artérielle, athérosclérose, infarctus du myocarde, troubles du transit, ulcère, diabète, obésité, eczéma, psoriasis.
Psychologiques : Indifférence, introversion, résignation, dépression, anorexie mentale, troubles anxieux.
Troubles du comportement socioprofessionnel : Irritabilité, burn-out, entraînant un risque accru d’accident au travail.
L’organisme « fait des économies » sur certaines fonctions « mangeuses d’énergie » : Croissance, reproduction, entraînant ainsi des arrêts de croissance chez les enfants, des baisses de fertilité chez les adultes, une disparition transitoire des règles chez les femmes.

 

Nous terminerons cet article par quelques mots de Hans Selye, concernant ses études sur le stress :
« […] L’idée du concept de stress et du syndrome général d’adaptation (S.G.A.) m’est venue en 1925, alors que j’étudiais la médecine à l’Université de Prague. […] Je ne pouvais comprendre pourquoi, dès l’aube de l’histoire de la médecine, des médecins ont concentré tous leurs efforts sur la reconnaissance de maladies particulières et la découverte de remèdes spécifiques sans prêter aucune attention à quelque chose de beaucoup plus évident:  » le syndrome du simple fait d’être malade « .

S. Meysson
Pharmacien
Pharmacie de la barre
71000 Mâcon
www.pharmaciedelabarre.com

Sources :
Journal du CNRS
Neurosciences & comportements
Neuro-endocrinologie du stress