Retrait et rappel de laits infantiles 1er âge en raison d’une possible contamination par Salmonella agona

Retrait et rappel de laits infantiles 1er âge en raison d’une possible contamination par Salmonella agona

Les autorités sanitaires demandent aux parents qui disposeraient encore de boîtes de ces lots de ne pas les utiliser, qu’elles soient neuves ou déjà entamées.
Ils doivent prendre contact avec leur pédiatre ou leur médecin pour se voir conseiller ponctuellement un lait de remplacement, notamment pour les bébés allergiques aux protéines de lait. Dans l’attente, ils peuvent se rendre en pharmacie où un lait de substitution leur sera proposé. La Société Française de Pédiatrie, sollicitée en urgence, a émis des recommandations en ce sens (voir annexe à ce communiqué pour la liste de laits de remplacement possibles).

Lien vers l’alerte émise par les autorités sanitaires :

Retrait et rappel de laits infantiles 1er âge en raison d’une possible contamination par Salmonella agona
Le projet KDog ( chiens renifleurs détecteurs de cancer ) avance!

Le projet KDog ( chiens renifleurs détecteurs de cancer ) avance!

 

Le projet KDog ( chiens renifleurs détecteurs de cancer ) avance :

Mission accomplie pour Thor et Nikios , les deux malinois renifleurs acquis par l’Institut Curie pour être formés à la détection précoce du cancer du sein. Après six mois d’entraînement sur le site de Magnac-Laval (Haute-Vienne), l’Institut a annoncé ce mercredi une « efficacité à 100 % » des tests menés sur une cohorte de 130 femmes volontaires dans le cadre du protocole Kdog.
Prochaine étape : Une « étude clinique » qui se déroulera sur une période de trois ans, entre 2018 et 2021, et s’appuiera sur une sélection de 1.000 femmes.

Thor et Nikios devraient, eux, être rejoints par deux nouveaux chiens de race différente et conduits par un autre dresseur afin « de démontrer également que le protocole Kdog est indépendant de la race du chien renifleur et de son maître », a expliqué Aurélie Thuleau, ingénieur en biochimie, impliquée dans le projet mené sous la houlette de la chercheuse Isabelle Fromantin.
Petite explication au sujet du projet KDog :

Ces plantes et substances naturelles qui stimulent nos défenses immunitaires

Ces plantes et substances naturelles qui stimulent nos défenses immunitaires

1 -LES DEFENSES IMMUNITAIRES, QUELQUES REPERES :

schéma-bilan-système-immunitaire1

Réponse non spécifique :
Lorsqu’un organisme franchit nos barrières physiques ( peau, muqueuses ), se met en place une réponse non spécifique :
La phagocytose : L’arrivée du micro-organisme étranger attire les cellules phagocytaires ( leucocytes, en particulier polynucléaires neutrophiles -granulocytes- et monocytes ); Ces cellules ingèrent et détruisent les particules entrées : C’est la phagocytose.

Réponse spécifique :
Elle donne lieu à l’inflammation. Si la phagocytose n’est pas suffisante pour éliminer le micro-organisme, celui-ci atteint les organes colonisés par les leucocytes ( rate, ganglions lymphatiques ), induisant une réponse spécifique : Les lymphocytes B et T apprennent alors à reconnaître le micro-organisme et ses antigènes. Ces lymphocytes se multiplient en 3 à 6 jours ( réponse primaire ).
Les lymphocytes B sécrètent les anticorps.
Les lymphocytes T se fixent directement sur les cellules porteuses d’antigène.
Les cellules du système immunitaire communiquent entre elles en sécrétant des molécules appelées cytokines.
Lors de contacts répétés avec le même antigène, la multiplication des lymphocytes est plus rapide ( 2 jours , réponse secondaire ) et plus durable; c’est ce principe de mémoire immunitaire qui est utilisé dans la vaccination.

2- LES IMMUNOSTIMULANTS NATURELS :

Au préalable, il convient de rappeler que la prise d’immunostimulants ne doit pas se faire en continu. Nous vous conseillons la prise 10 jours par mois ou 20 jours tous les 2 mois.

L’échinacée, ou plutôt, les échinacées ( E. purpurea, E. angustifolia, E. pallida ) : C’est la plante majeure de la sphère immunitaire. On utilise ses racines, qui agissent par stimulation des macrophages.
Préférer la forme liquide ( extrait de plante fraîche standardisé ), ou à défaut l’extrait sec.

Les probiotiques : Lactobacillus rhamnosus LGG, L. acidophilus, L. casei, L. reuteri, Bifidobacterium sp. : Ce sont des souches de ferments lactiques.
Notre intestin, à juste titre nommé « deuxième cerveau », est le siège du microbiote ( flore intestinale ) : 10 puissance14 micro-organismes vivant en équilibre, et jouant un rôle majeur dans notre immunité.
probiotique

Le ginseng ( Panax ginseng ) et l’éleuthérocoque ( ( Eleutherococcus senticosus – « ginseng sibérien » ) : On utilise leurs racines, riches en polysaccharides; stimulants des macrophages et des lymphocytes, ces deux plantes sont également adaptogènes stimulantes.

Le géranium umckaloabo ( Pelargonium sidoides ) dont on utilise le rhizome; Spécifique de l’immunité bronchique.

La propolis : Mélange de substances végétales résineuses et de sécrétions d’abeilles. Immunostimulant et antiinfectieux.

La gelée royale : Immunostimulante ; à conserver au frais sauf en cas de gelée royale lyophilisée.
gelée royale

Le Shii-Také ( Lentinus edodes – Lentin du chêne ) : Champignon immunostimulant.

Enfin, en dehors du monde végétal, citons l’oligothérapie et le rôle de certains éléments dans l’immunostimulation : Le cuivre, le bismuth, le manganèse, le zinc, entre autres.

3- QUELQUES PROPOSITIONS :

Ergymunyl : Echinacées ( purpurea et angustifolia ), plantain, romarin, achillée et pamplemousse qui sont traditionnellement reconnus pour contribuer à la défense de l’organisme; le sélénium, le cuivre et le zinc complètent la formule. Sans arôme artificiel, sans sucre, sans édulcorant, sans alcool. 10 à 20 ml par jour, 10 jours par mois, en octobre, novembre, décembre.
nutergia-ergymunyl_a

Ergyphilus plus : Complément alimentaire à base de 4 souches de ferments lactiques revivifiables dosées à 6 milliards par gélule. 2 gélules le matin à jeun pendant un mois. Existe en sachets pour les enfants.

nutergia-ergyphilus-plus_a

Superdiet ampoules Ginseng/Gelée royale/Acerola Bio :  Panax ginseng CA Meyer de 6 ans d’âge, titré en ginsénosides, associé à la gelée royale, et à l’acérola, une baie rouge naturellement riche en vitamine C qui contribue à réduire la fatigue. 1 ampoule par jour, cure de 20 à 30 jours.

ginseng-gelee-royale-acerola

Gelée royale Bio : 100% Gelée Royale Bio non congelée

Cette gelée royale, issue de l’agriculture biologique, n’a pas subie les cycles répétés de congélation et de décongélation habituellement infligés à la gelée royale. Conservation efficace et naturelle sans congélation, ce qui lui permet de voyager hors froid.
Conserver au frigo.
La prise directe sublinguale, le matin, à jeun, est la voie la plus recommandée.
gelee-royale-bio-non-congelee-25g

 

Superdiet Shiitaké Reishi Maitake Bio :  Extrait concentré de Shiitaké* (chapeau) – Jus concentré d’orange* (fruit) – Extrait concentre de Reishi* (chapeau) – Extrait concentré de Maitaké* (chapeau) ( *ingrédients issus de l’agriculture biologique ). 1 à 2 ampoules par jour.

shiitake

 

Pediakid Immuno-Fort : Riche en Cuivre et Vitamine C, aux extraits d’Échinacée, Ginseng et Baie d’Églantier. 1 à 2 cuillères à café matin et midi. En programme de 1 à 2 mois. Peut s’administrer dès l’âge de 6 mois. Peut convenir également à l’adulte de plus de 15 ans.
pediakid-immuno-fort

Cette liste est loin d’être exhaustive, nous sommes loin d’avoir découvert tout le potentiel du monde végétal. Beaucoup d’études sont en cours pour déterminer les modes d’action des différentes espèces citées plus haut.

Stéphanie Meysson
Pharmacie de la barre
71000 Mâcon

Sources :   J.M. Morel : Cours du D.U. phyto-aromathérapie de Besançon
A.S.P. : Les différents mécanismes de défense immunitaire
J.M. Morel : Wiki-phyto ( administrateur ).
www.superdiet.fr
www.nutergia.fr

 

 

 

 

 

 

La névralgie faciale ( ou névralgie du trijumeau )

La névralgie faciale ( ou névralgie du trijumeau )

1/ Qui est donc ce nerf facial ( ou nerf trijumeau ) ?

Notre visage est innervé par 12 paires de nerfs crâniens; Le nerf trijumeau, qui innerve une bonne partie du visage, constitue la 5ème paire ( V ); il est lui-même divisé en rameaux ( voir shéma ) :

– V1 : front, oeilnev2
– V2 : joue, lèvre supérieure
– V3 : menton, mandibule, lèvre inférieure

 

 

 

2/ Comment se caractérise une névralgie faciale ?

Une stimulation excessive du nerf trijumeau se traduit par de vives douleurs siégeant le long de son trajet, concernant 1, 2 voire 3 rameaux.  Elles concernent généralement un seul côté de la face et de ses cavités ( sinus, oeil, bouche, nez, … .), entraînant des douleurs paroxystiques au niveau des paupières, de la mâchoire, du menton, des cervicales, avec fréquemment une hypersensibilité accrue à la lumière, des maux de tête, … Ces douleurs sont de types décharges électriques; elles sont souvent ressenties comme insupportables, violentes et invalidantes; Les patients décrivent les 5 doigts de la main saisissant le visage ( voir shéma ).

Il existe, le long du trajet de la douleur, ce que l’on appelle des « zones gachettes », qui, dès qu’elles sont stimulées ( notamment par une pression ), déclenchent la crise.

branches du nerf facial

 

 

 

 

 

3/ Quelles sont les causes de la névralgie faciale ?

Les causes de la névralgie faciale peuvent être diverses :
– Contact entre le trijumeau et un vaisseau sanguin, qui fait pression sur le nerf et le stimule de façon anormale.
– Activité électrique anormale du trijumeau lui-même.
– Pathologie autre : Infection ORL ( sinusite, abcès dentaire, … ), zona, tumeur, sclérose en plaques, …

4/ Comment peut-on la traiter ?

 

Traitement médical allopathique :

La molécule de référence est un anti-épileptique, la carbamazépine ( Tégrétol ). En cas d’échec, on lui préfère la gabapentine ( Neurontin ), ou la prégabaline ( Lyrica ). Ces médicaments stabilisent la membrane nerveuse.
Des psychotropes ( antidépresseurs, anxiolytiques, neuroleptiques ) sont souvent associés.

Ostéopathie :

L’ostéopathe va redonner de la mobilité au nerf trijumeau; selon l’étiologie, les résultats sont souvent probants.

Traitement de la douleur par l’aromathérapie :

huile-essentielle-camomille-romaine-bio-5-ml-ladrome2705-1jpg_2705-1_m

 

Il est une huile essentielle majeure dans le soulagement de la douleur névralgique :
L’huile essentielle de camomille romaine ( Anthemis nobilis ou Chamaemelum nobile ) : Elle est, du fait de sa forte concentration en esters ( angélate d’isobutyle, d’isoamyle, …), hautement calmante et apaisante du système nerveux, antispasmodique et anti-inflammatoire.
Cette huile essentielle peut être associée, afin de bénéficier d’une synergie, avec :
L’huile essentielle de menthe poivrée ( Mentha piperita ): anesthésiante du fait de sa concentration en menthol.
L’huile essentielle d’hélichryse ( Helichrysum italicum) : anti-oedémateuse et anti-inflammatoire, elle va limiter l’oedème responsable de la pression effectuée sur le nerf crânien.

Ces 3 huiles essentielles doivent être diluées : Pour ce faire, l’extrait lipidique de millepertuis serait le plus adapté, malheureusement il est photosensibilisant…pour cette raison, on lui préfèrera un extrait lipidique d’arnica :

Formule pour un flacon de 10 ml :

2ml de camomille romaine
2ml de menthe poivrée
1 ml d’hélichryse
5ml d’extrait lipidique d’arnica

Attention : Contre-indication chez les enfants de moins de 7 ans, chez les personnes épileptiques ou asthmatiques, chez la femme enceinte ou allaitante, chez les personnes sous anticoagulants oraux.

En application locale sous forme d’un massage crânien : Ce massage est à effectuer les yeux fermés, en raison de l’irritation pouvant être due aux huiles essentielles ( menthe poivrée surtout ). N’ouvrir les yeux que quelques minutes après la fin du massage.

boite cranienne os
Le massage crânien consiste en l’exercice d’une pression sur certains points, correspondant souvent aux jonctions des différents os de la boite crânienne ( voir shéma ) : On trouve aisément ces points en suivant le trajet de la douleur; on sent alors très nettement le soulagement lors de la pression. Ne pas hésiter à masser chaque point plusieurs minutes.

On peut associer l’application de froid ( packs à conserver au réfrigérateur ) en alternance avec les massages crâniens.

Traitement chirurgical :

Ultime recours en cas de résistance aux autres traitements.

 

Pour conclure, la névralgie faciale peut être jugulée grâce à l’arsenal que nous venons d’énumérer : Ces différentes approches sont bien sûr complémentaires les unes des autres, et non à opposer les unes aux autres. L’aromathérapie est une aide précieuse sur tous les types de douleurs, avec des spécificités pour chaque huile selon la nature de l’algie. Dans tous les cas, n’hésitez-pas à solliciter nos conseils, nous ferons tout pour vous éclairer et apporter la réponse à vos questions.

Stéphanie Meysson
Pharmacie de la barre
13, rue Mathieu
71000 Mâcon

 

Le stress, comment ça marche ?

Le stress, comment ça marche ?

 

C’est Hans Selye, médecin canadien ( mais d’origine autrichienne ) ( 1907-1982 ), qui a le premier étudié le « syndrome général d’adaptation » aussi appelé « stress » :

stress6

Le stress est une réaction de l’organisme à un stimulus; l’organisme passe alors par une première phase, puis, selon la durée de l’exposition au stress, par une deuxième puis une troisième phase :

1/ Phase d’alarme = Réaction immédiate = Urgence = Flight or fight :

Le stimulus stressant est accueilli comme une menace par l’organisme, qui réagit immédiatement : le système sympathique, par l’intermédiaire des médullo-surrénales, se met à sécréter de l’adrénaline et de la noradrénaline. Cette sécrétion déclenche une série de modifications physiologiques : augmentation de la pression artérielle, du débit cardiaque, dilatation des bronches, des pupilles, mise à disposition importante de glucose…

Si le stress s’arrête après une courte durée, l’organisme retrouve rapidement son équilibre physiologique; sinon… il entre en…
3D Character with head in hands, sitting on the word Stress
2/ Phase de résistance = Endurance :

Les cortico-surrénales prennent le relais des médullo-surrénales et sécrètent du cortisol, maintenant un taux élevé de glucose.
C’est le système hypothalamo-hypophyso-corticosurrénalien qui entre en jeu, via la CRH et l’ ACTH.
L’organisme est en souffrance, des symptômes apparaissent ( anxiété, angoisse, irritabilité ).
Si cette phase perdure, le système d’autorégulation de synthèse hormonale est dépassé, la machine s’emballe…

stress11

 

3/ Phase d’épuisement : Burn-out :

Les capacités énergétiques de l’organisme sont épuisées. On observe une dérégulation de plusieurs systèmes neuronaux et endocriniens, entraînant une augmentation constante du taux de glucocorticoïdes ( cortisol entre autres ) et une baisse du rétrocontrôle négatif des glucocorticoïdes sur l’axe hypothalamo-hypophysaire.
L’organisme voit ses possibilités dépassées, c’est l’épuisement, favorisant l’apparition de pathologies :
Patho-somatiques : Hypertension artérielle, athérosclérose, infarctus du myocarde, troubles du transit, ulcère, diabète, obésité, eczéma, psoriasis.
Psychologiques : Indifférence, introversion, résignation, dépression, anorexie mentale, troubles anxieux.
Troubles du comportement socioprofessionnel : Irritabilité, burn-out, entraînant un risque accru d’accident au travail.
L’organisme « fait des économies » sur certaines fonctions « mangeuses d’énergie » : Croissance, reproduction, entraînant ainsi des arrêts de croissance chez les enfants, des baisses de fertilité chez les adultes, une disparition transitoire des règles chez les femmes.

 

Nous terminerons cet article par quelques mots de Hans Selye, concernant ses études sur le stress :
« […] L’idée du concept de stress et du syndrome général d’adaptation (S.G.A.) m’est venue en 1925, alors que j’étudiais la médecine à l’Université de Prague. […] Je ne pouvais comprendre pourquoi, dès l’aube de l’histoire de la médecine, des médecins ont concentré tous leurs efforts sur la reconnaissance de maladies particulières et la découverte de remèdes spécifiques sans prêter aucune attention à quelque chose de beaucoup plus évident:  » le syndrome du simple fait d’être malade « .

S. Meysson
Pharmacien
Pharmacie de la barre
71000 Mâcon
www.pharmaciedelabarre.com

Sources :
Journal du CNRS
Neurosciences & comportements
Neuro-endocrinologie du stress

Quand l’olfactothérapie s’invite à l’hôpital…

Quand l’olfactothérapie s’invite à l’hôpital…

 1/L’olfactothérapie ( ou aromacologie, ou thérapie par les odeurs ), qu’est-ce que c’est ?

L’olfaction ( ou odorat ) est le seul de nos 5 sens à ne pas transiter par le diencéphale ( mental ); Le nerf olfactif est relié directement au cerveau émotionnel via le rhinencéphale ( mémoire archaïque, émotions, pulsions ).
En court-circuitant ainsi le cerveau émotionnel, l’olfaction prend de cours ce dernier et permet l’émergence rapide des souvenirs et traumas anciens..

2/La malette olfactive de l’hôpital de Garches, renouer les fils de la mémoire après être sorti du coma :

Le service Neurologie de l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches ( Hauts-de-Seine ) a recours depuis 12 ans à l’olfactothérapie : « Les patients traumatisés crâniens ou victimes d’un AVC souffrent souvent de troubles mnésiques et du langage. Pour tenter de les surmonter, j’ai eu l’idée d’utiliser les odeurs, raconte Marie-France Archambault, ancienne psychomotricienne et initiatrice des ateliers d’olfactothérapie du CEW. Nous avons donc créé, en partenariat avec l’International Flavors and Flagrances, une entreprise de l’industrie du parfum et des arômes, une mallette olfactive. Elle contient, dans différentes fioles, des odeurs alimentaires mais aussi de gaz, de bois coupé, de savon, etc. ».
Voici le lien vers l’article « Le parfum des souvenirs », en compagnie de Patty Canac, aromathérapeute à l’hôpital de Garches :

olfarom.com – via Iframely

3/ « Olfactothérapie et  aromathérapie comme soin de support pour les patients atteints de cancer » :

Ce projet innovant du CHU de Poitiers ( Pavillon Joseph Garnier, assisté de l’aromathérapeute Alexia Blondel )  a reçu le prix infirmier Any d’Avray 2013.
Cet établissement utilise l’olfactothérapie en services d’oncologie et d’hématologie; sous forme de « voyages olfatifs » en oncologie, et de manière plus personnalisée en hématologie : Le soignant repère une des cinq émotions chez le patient ( colère, peur, tristesse, joie, découragement ); 5 huiles essentielles sont proposées par émotion; le patient respire et choisit celle lui convenant le mieux. Un diffuseur est alors installé 2 à 3 fois par jour, accompagné d’une musique de relaxation.
Voici le lien pour le reportage de l’émission Envoyé Spécial ( juin 2014 ) :

http://alexia-blondel.fr/milieu-hospitalier/

D’autres unités de soins ont misé sur l’olfactothérapie pour venir en aide aux patients, et ce, dans des domaines bien différents :

4/ Auprès des adolescents, à la Maison de Solenn

5/ Auprès des personnes âgées, dont la mémoire s’envole ( Unité de gériatrie de l’hôpital Ambroise Paré de Boulogne-Billancourt – Hauts-de-Seine – Ephad des Oliviers à Saint-Remy-de-Provence – Bouches-du-Rhône – ).

6/ Parfum d’ambiance…Le parfum d’ambiance de l’hôpital a aussi son importance. Le service d’oncologie d’une clinique marseillaise a mis en place depuis début 2015, avec la contribution de Noëmie Xueref, aromathérapeute, des diffuseurs par ventilation à froid dans les couloirs. Des synergies sont diffusées ( une synergie par semaine ) et la belle expérience se montre très positive.

Voici quelques, et non des moindres, utilisations de l’olfactothérapie au service de notre santé et de notre bien-être. On le voit de plus en plus, la frontière entre allopathie et médecine plus « subjective » se résorbe peu à peu.
L’odorat, ce sens souvent oublié de la médecine ( qui le nomme primairement « cerveau archaïque » , renvoyant à l’instinct animal ) reste pourtant le seul présent en nous quand on a tout oublié…

S. Meysson
Pharmacie de la barre
71000 Mâcon

olfacto1

olfacto6